Header widget area left
Header widget area right
Viewing posts categorised under: Les synergies et la réalisation des objectifs du dirigeant

Définir sa raison d’être pour le bien de tous

Georges Druon
0 comments
L'organisation et les systèmes, Le management et l'équipe, Les synergies et la réalisation des objectifs du dirigeant

Bonjour Chers lecteurs,

Comme vous l’avez constaté, cela fait déjà plusieurs mois que je ne me suis pas adressé à vous à travers la newsletter de Sésame Développement, concentré que je suis sur le démarrage du réseau de coaching d’affaires « Le Centre national du Coaching ».

Nous avons lancé ce réseau avec quatre coachs d’affaires associés pour rendre d’une part le coaching d’affaires accessible au plus grand nombre de dirigeants de petites et moyennes sur tout le territoire national et d’autre part pour former et accompagner des entrepreneurs et managers d’entreprise souhaitant se reconvertir dans l’accompagnement des dirigeants avec les plus grandes chances de réussite. Nous sommes en effet convaincus que les coachs tout comme les chefs d’entreprise ne doivent pas rester seuls pour continuer à progresser mais doivent au contraire s’obliger à échanger, à partager, à se faire accompagner et ce le plus rapidement possible après leur formation initiale. C’est l’intérêt d’un réseau dont fait donc partie aujourd’hui Sésame Développement.

Revenons au thème de ma lettre de ce mois, un thème qui m’est cher et m’a été inspiré par Larry Finck, le PDG deBlackRock, la plus grosse société d’investissement au monde avec 5100 milliards d’actifs gérés. Que dit-il de si inspirant ? Et bien il exhorte les entreprises dans lesquelles il investit à penser à long terme et à définir leur raison d’être pour donner du sens et de la cohérence à l’action, pour le bien de tous. Il ajoute que les questions environnementales, sociales et de gouvernance auront un impact sur l’évaluation des entreprises et sur leur attractivité auprès des collaborateurs (notamment les plus jeunes) mais aussi des clients et partenaires. Et il n’est plus le seul à le penser au sein de grandes entreprises mais jusqu’à présent ce n’est pas ce que vivent au quotidien la plupart des grandes entreprises très souvent soumises au diktat du résultat à court terme. Si cette tendance devait se confirmer la vie des entrepreneurs mais aussi de leurs collaborateurs devraient évoluer positivement et je m’en réjouis.

En effet comment une entreprise quelle qu’elle soit, de la plus petite à la plus grande, pourrait-elle espérer assurer sa pérennité, fidéliser ses collaborateurs et ses clients sans posséder une vision d’avenir avec de vraies raisons d’être (ses missions), signifiantes et motivantes pour l’ensemble de son écosystème et sans renforcer en permanence sa culture et ses valeurs les plus précieuses.

Malheureusement je constate souvent qu’au sein des petites et moyennes entreprises (pourtant généralement moins soumises à la pression des actionnaires) très peu d’entre elles se sont dotées d’une vision claire et formalisée, ont pris le temps de préciser leurs missions et raisons d’être, de réfléchir aux valeurs et à la culture de leur entreprise qui pourtant peuvent s’avérer des éléments forts de différenciation, de partage et surtout de cohérence afin que l’ensemble des partie prenantes de l’entreprise puisse se projeter avec un objectif commun inspirant et motivant.

Ce manque s’explique souvent par la pression du court terme avec son lot d’embûches (trésorerie insuffisante, manque d’équipe, mauvaise organisation, baisse d’activité et de rentabilité …) qui empêche le dirigeant de bien gérer ses priorités et de prendre le recul suffisant pour passer du temps à réfléchir à l’avenir et fixer la destination de son entreprise. Ce n’est pas un exercice facile à réaliser, surtout seul, mais Il est tellement important qu’il faut absolument le faire.

Appelez-moi pour en parler et vous faire aider,

A très bientôt

Georges Druon

Arrêtons de râler

Georges Druon
0 comments
L'organisation et les systèmes, Le management et l'équipe, Les synergies et la réalisation des objectifs du dirigeant

Bonjour,

Très heureux de vous retrouver, je vous imagine tous « frais et dispos », reposés, plein d’entrain et d’énergie et je me dis que c’est le moment de vous encourager à prendre de bonnes résolutions pour cette rentrée. 

Comme vous le savez en bons français qui se respectent, nous avons (plus ou moins) tous cette manie de râler. Les français seraient même le peuple le plus râleur au monde, tout prétexte étant bon pour se plaindre : la météo, la pollution, les réformes, les problèmes informatiques, l’administration, les transports, etc… tout est bon pour se plaindre. 

C’est un sport national qui vient pourrir l’ambiance collective, voire même plomber le moral des plus motivés d’entre nous et s’avérer un très grand frein au changement au sein des organisations et notamment des entreprises.

Le « râlage » devient vite contagieux et s’avère un fléau au sein de l’entreprise s’il conduit les équipes à se « victimiser » « et tomber dans le pessimisme et la critique systématique ». Il y a de très nombreuses raisons au « râlage » dont certaines sans doute fondées ou même positives notamment lorsqu’elles conduisent à se sentir mieux ou innover mais ce n’est pas ici l’objet de mon propos.

Sans entrer en effet dans ces explications sur les raisons du phénomène et ses éventuelles implications positives je pense dans tous les cas qu’il peut être utile de tenter de perdre ce réflexe qui reste plutôt globalement anxiogène et perçu négativement, notamment par vos collaborateurs. 

Dans toute la mesure du possible le dirigeant se doit donc selon moi, de montrer l’exemple en s’efforçant de demeurer une personne positive, d’humeur égale et peu encline à la critique systématique et non constructive. 

Dans le cadre des résolutions de rentrée, je vous propose donc une cure sur 21 jours (qui est le délai moyen de changement ou d’adoption d’une habitude) qui pourrait vous permettre de ne plus (ou moins) râler si c’est votre cas. Ce ne sera pas simple car il vous faudra beaucoup d’énergie pour penser positivement alors que râler est un réflexe.

Marcelle Auclair a écrit : « Soyez à partir de maintenant votre ami numéro un. Lorsque vous vous apprêtez à médire, lorsqu’un sentiment de colère vous traverse, songez : « aimerais-je que les effets de cette pensée me reviennent et se manifestent dans ma vie ? ».

Jugulez-la instantanément et remplacez-la par son opposé lumineux.

Plus facile à dire qu’à faire mais c’est possible. Appelez-moi et nous établirons votre programme pour ensemble arrêter de râler.

Très bon début d’automne,

Georges Druon